Centre Interdisciplinaire sur l’EnfaNt

cereda stmalo1

 

Lab’oratoire Cien de Saint-Malo : « En trois actes »

Les conversations et les recherches du lab’oratoire de Saint-Malo se poursuivisent sur la thématique de travail suivante : « Comment apprennent les enfants et les adolescents ? », ce en prenant appui sur les situations pratiques de chacun, mises à la conversation au sein du lab. ou à l’extérieur.

Les recherches du lab. accordent une place toute particulière à la question de l’angoisse, des modes de surgissements de celle-ci, source d’agressivité et/ou de désarroi, et les moyens inventifs des sujets pour la tempérer, afin que le rapport à l’Autre puisse s’alléger, que le savoir puisse devenir « un jeu de vie » selon l’expression freudienne à propos de l’école.

Le lab. a également travaillé à la préparation du Forum de presse organisé par l’ACF bureau de Rennes le 15 septembre 2012 pour l’abord clinique de l’autisme. Il a organisé une conversation avec des parents d’autistes : l’association tuba de parents d’enfants autistes, via sa Présidente, a témoigné des conversations inter-disciplinaires avec le Cien, lieu de traduction de leur création d’un lieu d’accueil pour tempérer l’angoisse des parents et des enfants. Depuis, l’association tuba a formulé une demande de stage de formation inter-disciplinaire, actuellement en cours de mise en place.
D’autre part, l’enseignement tiré des conversations a amorcé une nouvelle dynamique d’ouverture de notre lab. vers la cité. Les effets de son travail – à partir de demandes formulées globalement ainsi : « comment on enseigne aux sujets troublés ? », où nous avons proposé un « comment apprennent les sujets ? », restituant le savoir du côté de l’enfant et faisant appel aux capacités inventives de chacun – montrent la pertinence des conversations inter-disciplinaires, exemples pratiques à l’appui.

Ainsi, le 04 décembre 2012, le lab. a organisé la projection publique du film Temple Grandin à la Maison de la Famille du CCAS de Saint Malo, suivie d’une conversation avec des parents d’enfants autistes, ce avec le soutien de la mairie de St-Malo. Celle-ci s’est déroulée dans une ambiance très cordiale grâce au concours du Professeur Maleval, de Mme Jacquemin, la maire adjointe, de Mme Gauthier, la Présidente d’Autisme côte d’Emeraude, de Mme Simon, membre du comité de coordination Santé Mentale malouin, de Mme Isabelle Fauvel, de Mr Michel Forget, de moi-même et de plusieurs personnes dans la salle, parents et professionnels d’obédiences diverses.  Certains ont pu dire combien le film les touchait, et d’autres ont fait part de leur surprise, quant au film lui-même, mais aussi leur surprise que des membres du Cien, c’est-à-dire ceux qui orientent leur pratique professionnelle de l’enseignement analytique de Freud et de Lacan, puissent s’y intéresser… Notre cap pour cette soirée était bien celui de permettre à chaque spectateur de découvrir ce que ce film pouvait lui enseigner. En effet, si ce film peut nous permettre de découvrir le monde intérieur de Temple Grandin, il peut surtout nous apprendre qu’« écouter les autistes » porte à conséquence : pour Temple, cela favorisera la sortie de son repli et l’épanouissement de sa vie d’adulte à partir de son « obsession enfantine » à savoir « la machine à serrer ». En effet, son entourage familial, sa rencontre avec des professeurs ayant respecté sa singularité ont contribué à son apaisement, à ses recherches inventives et son inscription sociale. Grâce à sa ténacité aussi, Temple a pu affronter ses peurs et ses angoisses, ses difficultés à parler, les épreuves et les obstacles avec sa différence et ouvrir « les portes » du monde. Elle entrera à l’université, y obtiendra un doctorat spécialisé en zootechnie et deviendra professeur et expert d’équipement pour bétails.
Au vu des prises de parole dans la salle lors de cette conversation post-projection, des signes et des réactions les jours qui suivirent, ce fut un pari réussi.

Depuis la rentrée de septembre 2012, nous préparons la journée de l’ipe de mars 2013. Avec l’appui du texte de Jacques-Alain Miller « L’enfant et le savoir », ainsi que celui de Philippe Lacadée « Les phobies scolaires » et à l’aide aussi de vignettes cliniques tirées des expériences de chacun, nous sommes au travail mensuellement, dans un temps d’élaboration, quant à la question du rapport de l’enfant et du savoir, des symptômes qui peuvent en découler, et des questionnements inter-disciplinaires que cela suscite, notamment auprès des sujets dits adolescents. Ce temps pour comprendre au sein du Lab. est nécessaire afin de préparer notre projet de conversations inter-disciplinaires publiques visant à rencontrer de nouveaux professionnels : d’abord du champ médico-social et hospitalier, à Dinan (22), puis du champ de l’éducation, à Saint-Malo (35) ; en fonction de leur expérience pratique avec des enfants ou des adolescents, nous travaillons à saisir ce qui se joue dans la rencontre afin de formuler les problématiques de ces conversations.

Enfin, en cette rentrée 2012, le lab. accueille quatre nouveaux membres : Séverine Jalier, intervenante dans un institut d’accueil de sujets psychotiques et autistes, Catherine Lemoine, infirmière en pédopsychiatrie, Marie-Christine Ségalen, psychologue en cmpp, Yannick Lefeuvre, directeur d’école spécialisée et depuis décembre 2012, Ghislaine Raffray, éducatrice spécialisée.

Responsable : Myriam Perrin, maître de conférence en psychopathologie à l’Université, membre de l’ecf, psychologue en ime, 3 rue St Sauveur 35000 Rennes, 02.99.79.42.84, perrin.myriam@libertysurf.fr ; Co-responsable : Michel Forget, directeur adjoint du Complexe Médico-Educatif « la Passagère » à Saint-Malo, michel.forget3@wanadoo.fr

Participants : D. Dumousseau, psychomotricienne ; F. Haury, directeur d’itep ; C. Hurson, enseignante ; I. Fauvel, psychologue, membre acf ; F. Le Bihan, psychologue et auxiliaire de vie scolaire ; M.A. Lesénéchal,  professeur de collège, psychologue ; J.-C. Maleval, professeur de psychopathologie à l’université, membre de l’ecf ; M. Prian, médecin pmi ; B. Turcato, psychologue en ime ; P. Valentini, professeur des écoles ; A. Verlingue, infirmière en pédopsychiatrie.