Cinéma-Psychanalyse

« Quand on fait un film, le film parle ! » (1)

Voyons donc à l’occasion de cette 2nde rencontre sur le thème de l’Aufhebung (2), ce que Danielle ARBID, cinéaste à l’esprit de révolte, et son 3ème film Peur de rien ont à nous dire !
 ff
(1) Danielle Arbid : un chant de bataille, documentaire réalisé en 2017 par Yannick Casanova pour la collection « Cinéma de notre temps »
(2) « Un recommencement, un re-départ, une relève, une transfiguration, une Aufhebung selon le terme de Hegel (…) tout recommence sans être détruit pour être porté à un niveau supérieur. » (Miller J.-A., Cours de Psychanalyse – 1ère partie : LE POINT DE CAPITON,www.lacan-tv.fr, 24 juillet 2017)
Peur de rien nous fait suivre les tribulations de Lina, jeune libanaise venue de Beyrouth pour étudier à La Sorbonne au mitan des années 90.
Entre amphis surchargés et sensationnels profs de fac, entre un oncle infâme supposé l’héberger et un Palais de la femme malfamé, Lina découvre la France, aussi celle des années Pasqua, pas si accueillante. Ballotée entre rencontres amicales et amoureuses décevantes suivies de désillusions, Lina trace sa route dans ce Paris des cafés et de la culture. Elle n’attend pas qu’on lui donne sa place. Elle la prend et Peur de rien est le nom d’un désir qui trébuche pour mieux s’élever, moins rebelle que gourmand et décidé.
Danielle Arbid, cinéaste franco-libanaise, venue à Paris à 17 ans, fait vibrer la corde du politique au rythme de l’intime. Lina, interprétée avec grâce et naturel par Manal Issa, n’a pas le goût de se laisser définir par ses appartenances, son chemin d’exil passe ailleurs que par les balises de l’administration française. Elle goûte au moins autant les lettres que les corps et se découvre, autre à elle-même, étrangère qui a trouvé sa place.
Soirée préparée par le cartel : Yvon Bernicot, Benoît Delarue, Laure Naveau, Ariane Oger, et Géraldine Somaggio.
Dimanche 27 mai à 18H au Ciné TNB
1 rue St Hélier, Rennes
Renseignements : geraldine.somaggio@numericable.fr