Le mariage au temps de l’amour liquide

Vers les 48° journées de l’Ecole de la Cause freudienne- gai, gai, marions-nous à Angers soirée avec Dalila Arpin.

De nos jours, les cadenas d’amour ont fait écrouler les grilles du Pont Neuf, haut lieu du romantisme parisien. Cinquante- quatre tonnes de cadenas, originaires de tous horizons témoignent de la force de la croyance en un lien comme l’amour. Bientôt sur d’autres ponts parisiens et du monde, les cadenas d’amour s’accrochent sur des ponts ou des équipements publics pour symboliser leur amour. Ils comportent l’inscription des noms des partenaires, la date de leur rencontre, de leur mariage voire de la pose du cadenas. Une fois le cadenas posé, la tradition veut qu’on jette la clé dans la rivière qui coule sous le pont. N’est-ce pas l’incarnation d’un fantasme ancien : que rien ne vienne détacher les liens amoureux. Comme on disait auparavant dans les mariages : « Unis jusqu’à ce que la mort les sépare ». Mais au XXIème. Siècle, où l’amour devient liquide, cette coutume fait le pendant à l’évanescence des liens et au zapping du choix du partenaire sur la toile.

L’amour, bien que menacé par les temps éphémères, ne reste-t-il pas une trace indélébile pour chacun ?

Infos pratiques :

Jeudi 18 octobre 2018 à 20h30 -accueil 20h- bibliothèque Anglophone 60 rue Boisnet 49100 Angers

entrée 10€- étudiants 5€

Responsable : Nathalie Morinière- nath.moriniere@gmail.com-tél : 06 17 09 64 95