L’identité sans limite

Luc Garcia, membre de l’ECF, à Orléans le 15 octobre

 

Dans le langage, l’identité comme telle n’existe pas. Il lui faut un épithète. Les dernières années ont été l’occasion de le constater par différents usages qui ont mis en avant, pèle mêle, des affects ou des appartenances communautaires pour garnir ladite identité. Que ce signifiant soit devenu un signifiant maître n’est pas anodin, certes : il s’agit d’en prendre acte et d’en étudier les contours. À la suite, la clinique ouvre de nouvelles perspectives. Un cas clinique viendra à l’appui d’une démonstration : il est possible qu’advienne une invention au profit d’une subversion de ce signifiant, devenu à l’occasion hors sens.

identifications-luc-garcia