À L’OCCASION DE LA SORTIE DU LIVRE DE MONIQUE AMIRAULT, BRICOLEUR DE RÉEL. GASTON CHAISSAC EPISTOLIER.

 

Madame, Monsieur, cher(es) collègues,

Cette année dans notre champ et dans notre ACF-VLB, nous avons eu la chance d’accueillir, de feuilleter, de bouquiner, de dévorer le formidable ouvrage de Monique Amirault sur la correspondance de Gaston Chaissac intitulé « Bricoleur de réel, Gaston Chaissac, épistolier ».

Comment ne pas nous laisser traverser par ce style et cette langue? Comment résister à l’envie de nous plonger dans l’univers de cet artiste, et au-delà, dans cette invitation à la découverte de la langue de chacun.

Pas de résistance!

De la curiosité, du désir et de l’attention à l’impact…de la morsure ! Ce reste qui résulte du choc initial de la langue sur le corps… Comment se forge chez l’être parlant son usage de la langue, la manière dont il va habiter le monde ? Comment s’en débrouille chaque un ?

Voilà ce qui nous a attrapé et ce qui nous pousse à vous proposer une après-midi d’étude sous le titre « Parler, Écrire : à chacun de créer sa langue ».

Nous aurons la chance de converser à partir de l’ouvrage de Monique Amirault et de poursuivre notre voyage sur cette rencontre des mots avec le vivant, donc le corps, grâce à la participation d’invités d’exception (dont vous trouverez les noms dans le prospectus joint).

Ils échangeront entre eux et avec des psychanalystes sur la langue, l’usage qu’ils en font dans leur art, et de leur “morsure singulière. A l’issue des conversations, place aux dédicaces!

Et comme une langue appelle la création, source inépuisable et toujours vivante, ce temps fort se prolongera par un spectacle de la Cie Le Chant de la carpe, écrit et  interprété par Stéphane Keruel, «Et donc je m’acharne».

Chaissac écrit: « J’ai lu quelque part que les artistes ont été privés de toute autre joie que celle de créer. Je crois qu’il en est ainsi non seulement pour les artistes mais pour tous. La joie de créer est bien la seule qui existe. De ses mains, de son cerveau, chacun crée quelque chose. » Il rejoint là la pensée de J.Lacan qu' »une langue […] est vivante pour autant qu’a chaque instant, on la crée ».

Alors ,vous qui êtes mordus …laissez-vous laper par le mot, le snif…hihan, la l’être…la langue…!  Les inscriptions ont commencé, ne tardez pas!

On vous hâte-tant!

 

PROGRAMME

Table ronde autour du livre, Bricoleur de réel, Gaston Chaissac, épistolier, de Monique Amirault

 

Monique Amirault s’entretiendra avec :

Alice Delarue, psychanalyste,

Philippe Hellebois, psychanalyste,

Anne Prouteau, professeur de lettres,

Laura Sokolowsky, psychanalyste.

 

 

Conversation autour de la langue

 

Stéphane Keruel s’entretiendra avec :

Alexandra Boisseau-Marguerite, psychologue clinicienne,

Guilaine Guilaumé, psychanalyste.

 

A l’issue de l’après-midi de travail, le spectacle « Et donc je m’acharne », de la compagnie Le chant de la carpe, de et avec Stéphane Keruel, sera présenté au Théâtre du Champ de Bataille à 19h

 

Infos pratiques :

Doivent obligatoirement contenir au moins la date, les horaires, le lieu, le tarif, et des coordonnées de renseignements (Ex : nom du contact, téléphone, Email, adresse Twitter, FaceBook ou site internet)

 

Samedi 16 décembre 2017

14H30 – 17H

Amphi Diès Université catholique de l’Ouest Place André Leroy

ANGERS

Entrée 10€

Contact: Nathalie Morinière – nath.moriniere@gmail.com – 06 17 09 64 95

Réservation: acfvlb.angers@gmail.com

Site internet Acf-vlb : www.associationcausefreudienne-vlb.com

Facebook : Acf-vlb Angers

 

19H Spectacle de Stephane Keruel

THÉÂTRE DU CHAMP DE BATAILLE

10 rue du Champ de Bataille à Angers 02 41 72 00 94

Tarif : 10€ / réduit : 8€

Réservation : champdebataille.net