Que nous enseigne le travail clinique avec les enfants… et leurs parents ?

Interventions et témoignages – 5 décembre 2015

 

« L’enfant, un rêve pour tous ? »1travail enfants parents mans dec2015

L’enfant est au centre des préoccupations parentales, politiques, économiques. On prend soin de lui, de son éducation, de sa santé et de ses loisirs. On évalue ce qui est censé être bien pour lui. Il représente les désirs et espoirs de ses proches, porte les idéaux de ses parents… qui imaginent une vie pour leur enfant. Cependant, il ne répond pas toujours aux souhaits de ses parents. Triste ou hyperactif, s’il ne va pas bien, refuse l‘école, s’isole, s’ennuie, cauchemarde, s’il ne mange plus, se branche sur des jeux vidéo… ses parents se sentent dans l’embarras, perplexes, angoissés…
Parfois l’enfant et ses parents se trouvent à rencontrer un psychanalyste, une équipe de soin de pédopsychiatrie, de pédiatrie. Il s’agira dans cette journée de témoigner de l’accueil fait à un enfant, à ce qui fait symptôme, à sa singularité, à ce qu’il dit. Témoigner de son travail, comme le feront les professionnels invités à cette journée d’étude, revient à dire les enjeux et exigences des pratiques.
Un film « Témoignages d’Ateliers » nous permettra de suivre pas à pas la création d’un atelier thérapeutique par des infirmiers en pédopsychiatrie. Mettant en valeur la dimension de création et celle du désir, nous verrons en quoi ce travail spécifique n’est pas une technique. Deux psychiatres en pédopsychiatrie nous expliqueront comment la rencontre avec les enfants et leurs parents est une expérience vivante au cœur de leur pratique. Des psychanalystes, à partir de cures d’enfants, montreront  l’orientation de leur pratique autour de ce trait singulier qui distingue chacun. Comment à chaque rencontre, l’inattendu vient donner au travail sa dimension. Il sera aussi question du travail avec les parents où il s’agit d’accueillir et d’entendre leur inquiétude, leurs interrogations vis à vis de leur enfant et/ou d’eux-mêmes.
La psychanalyse s’occupe de ce qui cloche, ce qui résiste à être pris dans le sens et que nous appelons le réel. Le désir de l’analyste, pour Jacques-Alain Miller, est « le désir d’atteindre au réel »2 et de le surprendre. Il s’agit là « de l’analyste surprenant et – le mot est de J.-A. Miller – de l’analyste ‘surpreneur’. »3  Ainsi la psychanalyse s’intéresse à ce qui rate, aux phrases mal dites, invitant l’enfant à dire ce qui pour lui ne va pas dans ses dessins qu’il dit : « pas beaux »4. Lors d’une table ronde, des psychanalystes témoigneront de l’analyse des pratiques auprès d’équipes infirmières ou éducatives qui parlent de leur travail avec des enfants. Ces professionnels y déplient leurs doutes, leurs divergences, ce qui les inquiète pour un enfant. Que peuvent-ils attendre de la psychanalyse là où il n’y a pas de réponse universelle qui rende compte du réel ou permette de s’en arranger ? S’il n’y a pas de recette, bien souvent lors des échanges, des élaborations subjectives singulières sont repérées. Il s’agit de les soutenir ou de les favoriser lorsqu’elles servent à l’enfant à traiter le réel auquel il est confronté.
Chaque enfant conduit les professionnels, psychiatres, infirmiers, psychologues, psychanalystes, à produire un savoir qui le concerne, singulier, sur mesure, élaboré à partir de nos pratiques différentes et incomplètes qui se questionnent et s’enrichissent réciproquement.

Contact et réservation : elisabeth.marion@gmail.com ou y.trichet2@voila.fr

Programme de la journée

1. Hélène Bonnaud, « L’inconscient de l’enfant », Navarin, Le champ freudien, 2013, p.17. Titre de chapitre.
2. Jacques-Alain Miller, « Le réel au XXIe siècle. Présentation du thème du IXe congrès de l’AMP », La Cause du désir, n° 82, « Engouement pour la clinique », Navarin éditeur, 2012, p. 94.
3. Pierre Naveau, « Désir de l’analyste », IXè congrès de l’A.M.P. http://www.congresamp2014.com/fr/template.php?file=Textos/Desir-de-lanalyste_Pierre-Naveau.html
4. H. Bonnaud, op.cit., p.146.