Qu’est-ce qui se donne à lire et s’écrit dans le temps des séances ?

Le séminaire de clinique psychanalytique de l’ACF/VLB Orléans invite Ariane CHOTTIN, psychanalyste, membre de l’École de la Cause Freudienne à partir de son thème de l’année :

«  Apprendre…pour ne rien savoir ? ».

Dans l’émission DimDamDom, Marguerite Duras (1) dialoque avec le jeune François. Elle converse avec lui sur la place de la télévision, sur ce qu’il y apprend de différent de ce qu’il apprend à l’école et quand elle lui demande s’il préfère lire une histoire ou la voir à la télévision, François lui répond sans hésiter : lire, parce qu’on lit soi-même. Ce soi-même est un apex d’un “ça se sent” nous dit Nathalie Thèves dans son commentaire. Lire c’est comme écrire ajoute-t-il, il sait déjà que l’écriture nécessite la lecture, et qu’il existe de nombreuses lectures possibles.

Qu’est-ce qui s’écrit et se donne à lire dans le temps des séances ? Quel savoir s’y apprend et s’y prend ? En s’appuyant aux modalités d’écriture selon Lacan, qu’est-ce qui va “cesser de ne pas s’écrire” ?

C’est cette question que le cas d’un jeune garçon, reçu à ParADOxe , sur le seuil de l’adolescence, nous permettra de déplier. Aller vers le nouveau c’est s’avancer, avec son dire, vers ce qu’on ne sait pas encore et cet horizon peut s’ouvrir dans la rencontre inédite avec un analyste. Voilà l’expérience du  Lust telle que la décrit Jacques-Alain Miller : “dans ton échec à dire, dans la misère de ta parole, là tu es, et là je te reconnais (…)c’est la reconnaissance de la visée de la parole” (2)

  • https//wwwlacan-tv.fr/video/nathalie-theves/
  • Jacques-Alain Miller, …du nouveau ! Introduction au séminaire V de Lacan, coll. Rue Huysmans, p 35

Infos pratiques :

Samedi 21 avril  2018 à 14h15 à la Maison des Associations, rue Sainte Catherine Orléans.

6€/3€ étudiants.

Renseignements : Catherine Richard

catherinearichard45@gmail.com/07.87.00.56.08.