033016_0954_Questcequt1.jpg

Indice 1/Mardi 29 mars / Sophie-Marret-Maleval (Rennes) :

« Une psychanalyse demande d’aimer son inconscient pour faire exister non pas le rapport sexuel, mais le rapport symbolique. Mais à un psychanalyste, il n’est pas demandé d’aimer l’inconscient. Il n’est pas demandé à un psychanalyste d’aimer les effets de vérité de l’inconscient. Alors ça c’est difficile parce qu’un analyste, c’est aussi un analysant, ou un ancien analysant. Et pourtant, pour ce qui pourrait être la pratique lacanienne, il ne faut pas plus aimer le vrai que le beau et le bon. »

J-A Miller, « Une fantaisie », Mental, numéro 15, p.27

 

Indice 2/Jeudi 31 mars /Armelle Guivarch, (Lorient) :

Être lacanien, aujourd’hui, c’est avoir la certitude que le discours analytique, tel que Jacques-Alain Miller nous a permis de l’entendre, est avec l’art, le seul espace réel de création. Chacun en cet ombilic qui nous troue, invente une façon d’être au monde.   C’est à ce point que lacanienne, je suis.

 

Indice 3/Lundi 4 avril /Jeanne Joucla (Rennes) :

Quand on est lacanien, il n’est pas inutile de rappeler en 2016, ce propos de Lacan : «  […] ça rêve, ça rate, ça rit.[…]

Si quelque chose nous redonne le sentiment qu’il y a un endroit  où on le tient [le sujet] c’est à ce niveau qui s’appelle l’inconscient. Ça ne rêve, ça ne rate ni ne rit, autrement que d’une façon parfaitement articulée. […]

J.Lacan, « Mon enseignement, sa nature et ses fins », p. 98-103.

 

Indice 4/Jeudi 7 avril / Isabelle Bullit (Tours)

J’avais commencé à lire Lacan, en vain, alors que je faisais l’expérience, auprès d’enfants psychotiques, de ma totale impuissance.  Jusqu’à ce qu’une phrase – (Conférence  sur le symptôme) – fasse office de bouée de sauvetage: « il y a surement quelque chose à leur dire » Rien d’autre. C’est là que je suis devenue lacanienne.

 

Indice 5/ Alexandra Boisseau-Marguerite ( Angers )

Si tout le monde délire (1), alors il n’y a pas de normes préétablies. Être lacanien, c’est être
attentif à la fiction de chacun, qu’elle soit fantasmatique ou délirante !  » Tout le monde est fou, [reprendra J.-A.Miller], […] ce principe […] comporte que du réel on ne puisse que dire faux, on ne puisse que mentir. ». (2)

(1) Lacan J., « Lacan pour Vincennes ! », Ornicar ?, n° 17/18, 1979, p. 278.
(2) Miller J.-A. « L’orientation lacanienne. Choses de finesse en psychanalyse », enseignement prononcé dans le cadre du Département de Psychanalyse de l’université Paris VIII, leçon du 12 novembre 2008, inédit.

033016_0949_Questcequt4.jpg