Rencontre Art et Psychanalyse
A quoi œuvrent les artistes au XXIième siècle ?

Courrier- Vannes-Lorient-image1 -2015-Mars
Freud voyait déjà dans la création artistique une voie qui précédait le psychanalyste. Dans Délire et rêves de la « Gradiva » de Jensen, en 1907, il dit à propos du romancier « La représentation de la vie psychique humaine est en effet son domaine propre ; il a toujours précédé l’homme de science, et en particulier le psychologue scientifique. »1
Et même s’il précisait en 1910 dans Un souvenir d’enfance de Léonard de Vinci, « le don artistique et la capacité de travail étant intimement liés à la sublimation, nous devons avouer que l’essence de la fonction artistique nous reste aussi, psychanalytiquement inaccessible »2, l’ensemble de cet ouvrage nous montre qu’il appliquera la théorie psychanalytique au processus artistique et surtout à la psychologie de l’artiste.

A son tour, Lacan s’intéresse à l’art mais il prendra le phénomène sous un autre angle. Il ne s’agit pas pour lui d’interpréter l’art en y appliquant ou en y retrouvant les concepts psychanalytiques, d’alimenter l’art d’un sens hors de son champ, mais réellement d’enrichir la théorie psychanalytique par ce que nous apprend l’art. Il nous montrera en quoi l’œuvre opère plutôt du côté du vidage de sens, en tant qu’elle s’organise autour d’un trou. Das Ding au temps du Séminaire VII, d’un objet a « couleur de vide » dans le Séminaire XI. L’œuvre d’art montre ce que nous ne pouvons pas voir, un objet en ce qu’il montre le vide autour de quoi vient se nouer un rapport inédit du désir et de l’objet.

Jacques-Alain Miller va jusqu’à faire de l’objet artistique un objet à part, distinct de l’objet naturel et de l’objet de la culture. L’acte de création, l’objet artistique et l’artiste sont autant de points de passage pour suivre le circuit de la sublimation, ce que nous allons continuer de questionner dans nos prochaines après-midis d’étude. Après nos rencontres autour de la danse, du théâtre et de l’écriture, nous poursuivons notre dialogue avec les Beaux-Arts et le Cinéma.

Sylvaine Hebert

1 Sigmund Freud, Délire et rêves dans la « Gradiva » de Jensen, Idées Gallimard, p 175.
2 Sigmund Freud, Un souvenir d’enfance de Léonard de Vinci, Idées Gallimard, p 149-50

 

vannes 2014