Couples, rencontres et séparations

seminaire tourssept2015
« Un psychanalyste, Lacan en l’occurrence, a naguère prononcé des paroles qui ont frappé les esprits – que la femme est un « symptôme » pour l’homme et que l’homme est un « ravage » pour la femme. Ou encore que la jouissance de l’homme est « perverse », alors que celle de la femme est « énigmatique ». De telles assertions n’impliquent-t-elle pas qu’il y ait un impossible à ce qu’un homme et une femme puissent « faire couple » ? Il reste, toutefois, à situer cet « impossible » de la bonne façon.
 
C’est de méprises ou de disputes que Marivaux faisait surgir les surprises de l’amour. Freud, quant à lui, a indiqué que l’amour est « ravalé », lorsque le désir s’en éloigne. À cet égard, justement, Lacan a traité de l’opposition entre la nécessité de l’amour et la contingence du désir en des termes plus subtils que ceux qui ont été utilisés par Sartre à propos de son fameux « pacte » avec Simone de Beauvoir.
Mais Christine Angot, se référant à Lacan, a affirmé, dans un entretien récent, que, si la vérité ne peut se dire toute, elle pourrait, en revanche, s’écrire toute dans la littérature.
Alors, prenons-la au mot. Comment la littérature aborde-t-elle le couple et la comédie de l’amour ?
Le théâtre de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, celui de Jules Renard, Courteline et Feydeau, a fait rire de la scène de ménage. Remarquons que, dès le début de son monologue, la Molly Bloom de Joyce dit « détester les longues querelles au lit ». La psychanalyse de notre temps a-t-elle quelque chose d’inédit à soutenir au sujet de la dispute ?
Pour Marguerite Duras, l’amour s’exprime dans une certaine façon de faire entendre sa voix en parlant. 
Marie Darrieussecq, elle, nous fait saisir le monde qu’il y a entre l’adolescente qui se laisse séduire par un homme de son village et la femme qui tombe amoureuse d’un homme venu de loin.
Oui, au fond, qu’est-ce que la psychanalyse a à dire de différent au sujet des
malentendus de l’amour ? »

L’intervention de Pierre Naveau sera précédée d’une vignette clinique de Hélène
Girard, psychologue clinicienne.

Renseignements : Hélène Girard- 06.71.89.76.81. acf.vlb.tours@gmail.com
blog : acfvlbtours.wordpress.com
page Facebook : Association Cause Freudienne Tours
10 euros-étudiants : 5 euros.