Conference des echanges Rennes juin 2015Conférence des échanges

Destins du fantasme dans la passe

 

Au-delà du semblant d’être, la jouissance sans non

Le fantasme du sujet vient à la place du réel, il est réponse et défense et son axiome, sa grammaire est le point d’insertion du réel. Il donne une signification à la jouissance.Le dévoilement de l’objet a comme semblant d’être est condition de sa désarticulation. Pour le parlêtre, reste à atteindre, au sens de la passe, ce qui est de l’ordre d’une inscription dont la marque de jouissance ne peut se dissoudre ou se traverser. Cette jouissance non négativable est événement de corps et index d’existence.

Michèle Elbaz, psychanalyste, membre de l’ECF, AE en exercice

 

On nous presse de fantasmes prêts à porter. On croit connaître le sien propre. Seule une analyse permet de mettre à jour le fantasme qui se découvre alors  comme « fondamental », c’est-à-dire une voie – propre à chacun – vers le réel, une voie sur laquelle le symptôme nous engage impitoyablement sans que nous le sachions. L’autre nom du fantasme c’est la défense, soit ce qui nous permet, par un mensonge de la vérité l’évitement du réel. « Savoir y faire avec son symptôme » suppose donc un certain détachement à l’endroit du fantasme fondamental que seule une analyse menée à son terme permet d’obtenir. C’est un problème tant pour la direction de la cure que pour le cheminement de l’analysant. Croira-t-il assez en l’inconscient pour aller à ce terme?

Pierre-Gilles Guéguen, psychanalyste, membre de l’ECF

 

Samedi 6 juin à 15h Maison des associations – Cours des alliés, Rennes

Ouvert à tous sans inscription préalable Entrée : 10 € / étudiants et demandeurs d’emploi : 8 €

Renseignements : Danièle Olive / danolive@orange.fr