063016_0552_Symptomaten1

« Amis, respondit Pantagruel, à tous les doubtes et quæstions par vous propousées compete une seule solution, et à tous telz symptomates et accidens une seule medecine. La response vous sera promptement expousée, non par longs ambages et discours de parolles : l’estomach affamé n’a poinct d’aureilles, il n’oyt goutte. Par signes, gestes et effectz serez satisfaicts et aurez resolution à vostre contentement » François Rabelais, le Quart Livre, p.595

 

Pour ce numéro 1 du Symptomate, Hélène Girard, porte-parole de l’Association de la Cause freudienne-Val de Loire Bretagne à Tours, répond à deux questions.

 Pourquoi un colloque sur Rabelais ?

Parce que nous sommes à Tours, et que la Touraine est une terre d’écrivains : Balzac se réfugiait à Saché pour écrire, Descartes dans son bourg natal qui porte aujourd’hui son nom, Ronsard à la Riche au Prieuré Saint-Cosme. Et Rabelais, à la Devinière, dans sa maison d’enfance, située à Seuilly, près de Chinon. Ajoutons que ce colloque s’inscrit dans une série d’évènements – toujours en Touraine – dont les deux premiers étaient à l’initiative de Françoise et Charles Schreiber, membres de l’Ecole de la Cause freudienne. Le premier s’est tenu en 1996 « Descartes, la philosophie et la psychanalyse » et le deuxième en 1999 « La psychanalyse au miroir de Balzac ». En 2016, nous souhaitons mettre Rabelais à l’honneur, avec la question du gai savoir et de la jouissance.

Pourquoi un symptomate ?

Semaine après semaine, jusqu’au 24 septembre, des écrivains, des psychanalystes, des artistes… nous introduiront à l’univers de Rabelais, et ce grâce à ce billet électronique que nous appelons « Symptomate ». Pierre Naveau nous explique ce néologisme rabelaisien dans l’argument du colloque. Nous voilà déjà sur les traces du gai savoir, et des jouissances du corps et de la parole !

La psychanalyse à la lumière du gai savoir de Rabelais

Les jouissances du corps et la parole

Samedi 24 septembre 2016 – 14h30

Université des Deux lions – Tours