L’Association de la Cause freudienne-Val-de-Loire-Bretagne représente l’Ecole de la Cause freudienne dans une grande région étendue sur dix départements et rassemblant 230 membres. L’ACF, association à but non lucratif selon la loi 1901, se donne pour objectif de promouvoir l’étude de la psychanalyse ainsi que ses connexions, tant théoriques que pratiques, avec les disciplines qui lui sont affines. Les enjeux cliniques, théoriques et politiques ne manquent pas afin de maintenir vivante l’orientation donnée par Sigmund Freud, Jacques Lacan et Jacques-Alain Miller.

Elle est structurée en 3 pôles, qui composent avec la délégation le comité régional et auxquels se rattachent des villes plus petites :

  • le pôle d’Angers avec Le Mans, Niort/Poitiers, Orléans et Tours
  • le pôle de Nantes/Saint-Nazaire avec Vannes/Lorient
  • le pôle de Rennes avec Brest/Quimper, Laval, Saint-Brieuc et Saint-Malo

L’ensemble des pôles est coordonné par la délégation régionale, qui soutient la vitalité et l’invention des activités de l’ACF dans chaque ville.

Notre ACF-VLB dispose d’un site, et d’un bulletin Accès à la psychanalyse, en vente lors des évènements dans les villes, chez les libraires, et sur ce site. Le dernier numéro, sorti en octobre 2018 sous le titre « Le symptôme politique », nous invite à la rencontre de ce qui s’invente, pour que nous soyons, comme l’indique Lacan, dans la mesure de saisir qu’« en fin de compte, il n’y a que ça, le lien social ».

Notre ACF organise également tous les deux ans un forum campus-psy en partenariat avec les antennes et sections cliniques de la région. Le prochain est prévu le 5 octobre 2019.

Les nombreux cartels de l’ECF, les deux séminaires de l’ECF et les activités dans les villes (soirées de lecture, conférences, journées d’étude…) permettent le travail des textes de la psychanalyse et ses conséquences éthiques et cliniques.

L’ACF-VLB est aussi une force de réponse au plan politique, capable de contrer le malaise dans la civilisation en suivant le cap de la découverte freudienne et de l’orientation lacanienne. Le lien social qu’elle soutient s’oppose aux « discours qui tuent ».