Cycle de 3 soirées de lecture de textes autour du cas du Président Schreber.

2ème soirée : Le délire et le pousse-à-la-femme.

 

Lors de son séminaire sur Les Psychoses en 1955-1956, Lacan se réfère ligne à ligne à la fois, au texte de Freud, Cinq psychanalyses[1], et aux  Mémoires d’un névropathe[2] du Président Schreber, qu’il lit en Allemand. À sa demande certains de ses élèves vont le traduire en Français. Dans sa présentation de l’ouvrage, paru en 1975, Lacan souligne le génie de Freud d’avoir donné toute sa valeur au texte de Schreber. Le prenant à la lettre, il a su en tirer le plus révélateur de ce cas[3]. Freud y introduit le sujet comme tel, même s’il ne craint pas, comme il le lui a été reproché, de délirer avec les patients. Il perçoit le sujet, dirions-nous aujourd’hui, au travail de son délire. S’entend là une position subjective, une réponse du sujet, sans « jauger le fou en termes de déficit ou de dissociations des fonctions[4] ». Lacan avec Freud propose une nouvelle lecture du délire. Il énonce que « Ce que nous prenons pour une production morbide, la formation du délire, est en réalité une tentative de guérison, une reconstruction[5] ». Nous déplierons en quoi cette position se distingue de l’abord actuel du délire.

Nous nous attacherons, dans une première partie, aux étapes logiques de la construction du délire de Schreber. Nous verrons ensuite comment le travail de son délire le pousse du côté d’une féminisation. Avec l’interprétation de Lacan vers le pousse-à-la-femme : « il s’agit de la fonction féminine dans sa signification symbolique essentielle […]. Nous ne dirons ni émasculation, ni féminisation, ni fantasme de grossesse […]. Voilà ce qui, non pas du tout à un moment déficitaire, mais au contraire un moment sommet de son existence […] va progressivement amener une submersion radicale de toutes ses catégories, jusqu’à le forcer à un véritable remaniement de son monde[6] ».

 

Christelle Sandras, intervenante,

Anne Colombel-Plouzennec, discutante,

psychanalystes membre de l’ECF et de l’AMP.

Soirée organisée par un cartel préparatoire constitué de Solenne Albert (plus-un),

Christelle Sandras, Anne Colombel-Plouzennec, Yann Divry et Damien Botté.

 

[1] Freud S., « le Président Schreber », Cinq psychanalyses, Paris, PUF, 1997.

[2] Schreber D. P., Mémoires d’un névropathe, Paris, Seuil, 1975, p. 46.

[3] Lacan J., « Présentation des Mémoires du Président Schreber en traduction française », Ornicar ?, no 38, 1989

[4] Ibid.

[5] Freud S., « le Président Schreber », op. cit., p.315.

[6] Lacan J., Le Séminaire, livre III, Les psychoses, Paris, Seuil,  p. 99.

 

Informations

Clinique du Val Josselin, Yffiniac