Figures de la folie

Ce numéro d’ACCÈS À LA PSYCHANALYSE est consacré à la folie, à cette part d’inconnu, d’inaltérable altérité que chacun recèle. Elle n’est pas affaire de déficit, mais de signification et de langage. Pour composer ce numéro, le texte de Lacan « Propos sur la causalité psychique » a servi de boussole, permettant ainsi de faire entendre que la folie fait partie intégrante de l’être humain, et qu’elle a quelque chose de fondamental à nous apprendre sur notre condition d’être parlant. Ici, vous découvrirez combien la normalité et le sens commun n’existent pas. Mais aussi, combien l’idéal normatif écrase le désir. Chacun abrite une zone de turbulence et de radicale alte?rite?, dont l’analyse lui permet d’en tracer les contours. C’est ce que ce bulletin, fourmillant de textes the?oriques et cliniques e?clairants, vise à démontrer.

Dans la rubrique RIGUEUR DE LA FOLIE, vous découvrirez les précieux textes d’orientation de Jean-Louis Gault, Clotilde Leguil, Véronique Voruz, Fouzia Taouzari, Cécile Wojnarowski, ainsi qu’un passionnant entretien de Francesca Biagi-Chai au sujet de son livre, Traverser les murs. Vous trouverez, dans ces textes précis et référencés, des repères solides permettant d’aborder la folie en assumant de se sentir concernés par les questions qu’elle soulève.

Pour CABINET DE LECTURE, Armelle Guivarch vous propose de de?couvrir un enseignement de la présentation de malade que Lacan menait à l’hôpital psychiatrique de Sainte-Anne. Chercher les solutions du sujet, ses modes de nouage singulier, afin de tracer un bord à la folie, est le fil qui parcourt ce texte. Il est suivi d’une formidable lecture, par Nadège Duret, du livre remarquable de Jean-Claude Maleval, Repères pour la psychose ordinaire, ouvrage incontournable pour se repe?rer dans la rencontre clinique aujourd’hui.

ÉTRANGETÉ DE LA FOLIE, TRAITEMENT DE L’AUTRE et (IN)CONSISTANCE CORPORELLE sont trois rubriques cliniques. En institution, à l’hôpital psychiatrique ou dans l’intimité du cabinet de l’analyste, des voix de patients, d’analysants, se font entendre. Chacun de ces cas fait résonner la place fondamentale du transfert comme levier permettant parfois de délester le sujet du poids d’une certitude, de retrouver une dignité, de rencontrer un point d’où il est possible de s’amarrer à l’Autre sans que cela angoisse ou persécute. Se faire partenaire des solutions inventées par un sujet lui permet de sortir de la perplexité, et de passer d’une jouissance corporelle envahissante et étrangère à une nouvelle consistance corporelle.

Avec la rubrique PASSERELLE, nous vous proposons deux splendides entretiens exclusifs d’écrivaines qui se sont intéressées à la folie d’une manière éclairante et originale : celui de Joy Sorman, par Solenne Albert, à propos de son roman, À la folie, ainsi que celui de Sarah Chiche, par Fouzia Taouzari, à propos de son livre, Saturne.

La POÉSIE DE LA FOLIE s’intéresse à la sublimation artistique. Elle est composée d’un entretien de Solenne Benbelkacem Leblanc, que nous remercions pour ses tableaux inspirants qui font la couverture des numéros 13 et 14 d’Accès. Lucie Vuillard s’est intéressée au sculpteur allemand, Masserschmit, et Solen Roch propose une lecture de l’œuvre de David Lynch. Ces artistes ont su faire de leur « grain de folie » œuvre d’art et source d’inspiration pour chacun.

Enfin, ce numéro contient également un très beau cas clinique inédit de Pierre Naveau, qui a tant œuvré pour la psychanalyse d’orientation lacanienne, particulièrement dans notre ACF. Ce numéro lui rend hommage.

Nous vous en souhaitons une bonne lecture !